Page title

Page subtitle

Première bougie : le rétro et la ligne d’horizon

On lève tous nos verres au premier anniversaire !

On lève tous nos verres au premier anniversaire !

Un an déjà. En cette fin de printemps-début d’été, Epicentre Cowork fête la première année de sa mise en œuvre. Pas la première année de l’association, une grande fille de 3 ans déjà. Pas la première année du tiers-lieu de nos rêves, qui est encore à l’état de fœtus (Encore que le concept prend forme, s’affine et se développe). Mais bel et bien la première année de l’expérience réelle et concrète du coworking.

Et c’est peu dire que cette année, nous ne l’avons pas vu passer.

20140627_113726

Le 27 juin : on réfléchit ensemble à l’avenir selon une méthode très prisée à Epicentre : l’art du post-it !

Raison de plus pour s’arrêter un peu sur cet anniversaire et faire le point sur ce qui s’est passé. Nous nous y employons ferme. Le 20 mai dernier, jour anniversaire de la remise des clefs du 25, rue des Gras, nous levions nos verres. Le 23 juin, notre assemblée générale présentait ses bilans réglementaires. Le 27 juin, nous planchions sur ce que nous voulons conserver, ajouter ou oublier de cette première expérience, dans la perspective de l’étape suivante. Enfin le 13 juillet, avant la trêve estivale, nous nous retrouvons pour organiser l’année qui vient. Autant d’étapes que nous voulons à la fois agréables, utiles, constructives et rassembleuses.

Premières impressions très subjectives du coup d’œil dans le rétro : des projets à foison, des coworkers de plus en plus nombreux mais aussi des frustrations car les réalisations, tout comme l’organisation, n’avancent pas toujours aussi efficacement que nous le souhaitons, faute de disponibilité suffisante… De quoi nous pousser à aller de l’avant, en toute impatience.

Impression encore : le pari de l’émulation, de la solidarité, du soutien, du partage et de l’échange de savoirs joue à plein sur les projets professionnels des coworkers et compense l’effort de contribution que réclame de chacun ce lieu improbable autant qu’attachant. Côté moins : nous ne savons pas encore très bien accueillir les nouveaux arrivants, qui sont un peu perdus dans ce foisonnement de gens, d’idées et d’initiatives. Côté plus : nous compensons ce défaut de rigueur par la convivialité contagieuse et l’ambiance chaleureuse qui leur permet de se sentir bien, de rester et de finir par s’intégrer.

D’accord, les impressions ne suffisent pas. Elles ne reflètent qu’un point de vue, peut-être complètement faux. Alors passons aux faits.

Aujourd’hui, nous accueillons chaque jour une vingtaine de coworkers. Une dizaine d’entre

Echanges de savoir : tout devient possible à Epicentre...

Echanges de savoir : tout devient possible à Épicentre…

nous a son bureau attitré ; les autres sont nomades mais fidèles pour la plupart. Deux associations – celle des Libraires indépendants d’Auvergne (le LIRA) et celle des projets pros de la musique et de l’audiovisuel (le Damier) – ont posé leurs bagages dans nos murs. Des partenariats avec l’Université et avec l’ARDTA nous permettent de participer à l’envol de jeunes porteurs de projets. En un an, soixante-dix-sept personnes identifiées sont passées chez nous, en tant que coworkers, adhérents ou sympathisants actifs.

Mais encore : quatre expositions, trois journées (nos imprononçables ECEI) consacrées à la prise de distance et à la réflexion, avec des invités passionnants et une communauté large, présente et motivée, dix émissions de radio sur les pratiques collaboratives, deux journées portes ouvertes, deux rencontres inter-coworks, une rencontre entre porteurs de projet (là c’est pas assez…), une journée « bien-être et médecines alternatives ». Sans parler des ptits-déj’s organisationnels bi-mensuels, des réunions pour faire avancer les projets, des moments conviviaux spontanés ou programmés et des cartes postales « recettes de cuisine » arrivées sur notre frigo.

Pour autant, nous ne nous reposerons pas sur ces petits lauriers de satisfaction. Déjà la suite se profile : prochaine année, prochains projets, prochains coworkers à accueillir… et même – hypothèse de moins en moins hypothétique – prochain lieu !

Et pour une rétrospective de cette première année en images et légèrement décalée, c’est ici : 2013-2014 la rétro !

0 Commentaires

Laisser un commentaire