Chouette soirée ce jeudi à Epicentre Cowork. Pas pour anticiper les fêtes – ni cadeaux, ni chocolats – mais pour partager le projet de notre futur tiers-lieu, le rendre plus concret, plus attrayant, tout en informant nos amis sur son avancement. Bref, nous ouvrir l’appétit. On en profite pour donner des nouvelles… et vous offrir en cadeau de Noël (ci-dessus) la visite virtuelle d’Epicentre Factory !

L’info number one, c’est que les travaux ont enfin commencé ! On n’en est pas à élever la mezzanine. La première phase, c’est de casser tout ce qu’on ne va pas garder : cloisons inutiles, faux plafonds, etc. Ça bouge.

20141218_231809On a avancé aussi pendant la soirée elle-même. Tandis que Nicolas et Thomas (nos amis d’Acolab) faisaient dans un coin la démonstration toujours surprenante de ce que peut produire une imprimante 3D, tandis qu’était projetée en boucle une visite virtuelle (voir ci-dessus) élaborée par Thibault, qui nous a permis de nous projeter “presque en vrai” dans les différents étages, nous avions affiché les plans en grand format avec une mission confiée à tous : y placer, à l’aide de post-its, toutes les propositions d’objets, de mobilier, de services, d’idées qu’ils souhaitaient voir figurer. L’imagination collective a remarquablement fonctionné. Voir nos petites illustrations tout au long de cette article…

20141218_231802Côté restauration, l’équipe se profile. C’était officieux depuis longtemps mais on peut l’annoncer haut et fort, c’est Thu Bui qui prendra les rênes en cuisine. La fondatrice du bien connu Bui-Bui retourne à ses premières amours et nous proposera une cuisine “fusion”, avec un peu d’inspiration française dans ses casseroles vietnamiennes… et inversement. On en salive déjà ! Elle nous annonce aussi des cours de cuisine et laissera aussi de temps à autre ses fourneaux à de jeunes restaurateurs en quête d’un tremplin avant de se lancer. Ce n’est pas tout : le café-restaurant devient l’affaire d’un duo, grâce à l’arrivée dans l’histoire d’Isabelle de Chabannes. Je ne sais pas vous, mais moi, l’idée d’être accueillie au comptoir par notre plasticienne-travailleuse sociale préférée me laisse imaginer pleins de moments chaleureux qui dépassent les capacités de la description par des mots !

20141218_23191420141218_231958Nous commençons à avoir aussi une vision plus précise des autres partenariats et la petite présentation d’hier soir nous a fait voir plus clair de ce côté-là : la Scop Cultures Trafic se lance dans des projets d’accompagnement-formation de jeunes entrepreneurs ; nos amis d’Acolab ne se contenteront pas de bidouiller dans un recoin du sous-sol, mais se montrent déjà friands de partenariats avec leurs colocataires ; l’association Les Navigateurs se propose de faire d’Epicentre Factory une capitainerie, sorte de camp de base pour se lancer dans une animation du quartier porteuse d’imaginaire. Et plein de partenaires se sont manifestés pour prendre part, ponctuellement ou régulièrement, à l’animation du lieu.vélo

Il faudra aussi que nous trouvions les forces vives pour animer – grande idée à laquelle nous tenons – une sorte de conciergerie-veilleuse pour développer à l’échelle du quartier et de tous les citoyens intéressés toutes les ressources permises par les pratiques collaboratives. Ça viendra.

20141218_232009Encore des news ? Nos recherches de financements pour ce saut dans le tiers-lieu avancent aussi. Notre campagne de financement participatif sur la plateforme Ulule avance bien : nous avons franchi cette semaine la barre des 50 %, nos “bonnes fées” d’Auvergne Nouveau Monde” nous ont trouvé un mécène (GDF-Suez) et nos “bons génies” d’Ulule nous ont proposé de prolonger la campagne jusqu’à fin janvier, histoire de rattraper la période des fêtes où nos “bons donateurs” auront peut-être la tête ailleurs. Ce qui ne vous empêche pas, vous les “bons amis” qui lisez cet article, de jouer les Père Noël dès tout de suite, grâce à un petit clic ici.

Nous remercions aussi dès maintenant et très chaleureusement les deux Cigales qui s’intéressent à nous. Il ne s’agit pas d’artistes se proposant de venir chanter tout l’été à Epicentre Factory, mais de clubs d’investisseurs solidaires qui ont répondu à notre sollicitation.

20141218_231949Les apports d’Epicentre Cowork et de leurs associés, les possibilités de subvention et d’autres pistes en cours d’exploration permettront de compléter le besoin initial. Les projections budgétaires continuent d’évoluer au fur et à mesure que le projet se précise.

Il n’empêche que le chantier est encore vaste. Il nous faut définir encore plus précisément le projet, apprendre à travailler ensemble en bonne intelligence, structurer juridiquement le tout. Et encore nous préoccuper des détails de l’aménagement, anticiper les besoins (Manu planche actuellement sur les câblages et prises électriques) sans figer trop vite les usages. Nous avons devant nous trois mois et plein de réunions pour avancer. Ce sera juste. Aussi toutes les bonnes volontés qui se sentent une vocation à participer à ce “chantier du chantier” seront les bienvenues !