Page title

Page subtitle

Et vous, êtes-vous heureux au travail ?

20150224_194815

20150224_201746

En petits ateliers ou en restitutions plénières, nous avons débattu du bonheur au travail dans la bonne humeur.

Dans quelles conditions peut-on être heureux au travail : des chouettes collègues ? des managers intelligents ? la reconnaissance, le respect, la confiance ? ou l’intérêt du travail ou du produit qu’on fabrique ? un environnement sympa ? une bonne dose d’autonomie ? l’esprit d’équipe et la rigolade ? Et peut-être encore le bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée ? Et si tout simplement il suffisait d’avoir une aptitude au bonheur ? Et peut-être encore cela dépend-il de chaque individu : ceux qui aiment changer et ceux qui préfèrent la sécurité d’un travail d’exécutant, régulier et simple ; ceux qui ont besoin d’apprendre sans cesse et ceux qui cherchent dans le boulot leur vie sociale ; les boulimiques qui se tuent à la tâche et ceux qui cherchent à en faire le moins possible… Beau sujet, ça, le bonheur au travail. Et belle soirée autour de cette thématique, sous le signe de la bonne humeur, ce mardi soir à Épicentre.

20150224_194601On remercie donc chaleureusement nos amis de l’association A-Cube (Association pour l’Agilité en Auvergne) de nous avoir proposé cette soirée partagée. Nous étions une trentaine. L’occasion : la diffusion d’un documentaire sur Arte, à visionner ensemble et en direct. Mais avec l’idée de nous faire d’abord notre brainstorming à nous, de partir de nos expériences et de nos intuitions personnelles et de les rassembler dans un pot commun.

La méthode, c’est celle qui nous est familière : se répartir en petits groupes, mobiliser paperboards, feutres et post-it, recueillir nos idées, tenter de les ordonner et les restituer. Nous avons mené deux séries d’ateliers. Le premier sur l’idée très générale du bonheur au travail. Certains groupes ont d’abord cherché à définir ce qu’était le bonheur ou ce qu’était le travail. D’autres ont cherché à savoir ce qui pouvait rendre malheureux dans le travail ou encore ce qui rend heureux. Au deuxième tour, chaque groupe a choisi un thème de réflexion plus précis : de la mobilité professionnelle à l’esprit collectif, de la notion de liberté à celle d’amour (au travail ? dans le travail ? du travail ?), et pourquoi pas, creuser l’idée que l’entreprise doit s’adapter aux salariés.

20150224_194700C’est en fin de compte ce dernier angle que l’émission d’Arte avait entrepris d’explorer. Pizza en bouche, nous avons découvert les initiatives étonnantes que quelques managers visionnaires, encore rares, ont mis en place le plus souvent avec des résultats plus que probants. Si nous avons déjà évoqué, à Epicentre, à Système Co ou sur ce blog nombre de notions telles que l’entreprise libérée, les méthodes lean ou les pratiques de collaboration, c’est toujours plus intéressant de les voir à l’œuvre. Imaginez un patron qui propose aux salariés de prendre collectivement les décisions ou de supprimer les hiérarchies intermédiaires,  de réorganiser toute l’entreprise en mini-usines autonomes, ou mieux encore, qui décide de partir un an faire le tour du monde pour mieux laisser le personnel s’emparer de la responsabilité collective. Ça fait rêver ! Sans oublier de mentionner les résistances, les difficultés ou les perversions de ces préconisations, les 90 minutes de reportage ont permis de démontrer que les changements étaient possibles.

Soirée fructueuse une fois de plus, qui a permis de prendre du recul, de voir un peu plus loin, de créer des connivences. Et d’échanger avec des personnes nouvelles, de croiser nos expériences diverses, y compris avec des salariés d’entreprises classiques qui ont pu apporter des témoignage différents, par rapport à nos profils de créateurs d’entreprises, de free-lances et autres électrons libres.

Il n’empêche, ça a été souligne dans le débat : le coworking est un modèle possible vers le bonheur au travail !

20150224_203755


On peut encore voir ou revoir l’émission sur le site d’Arte et dans la foulée, faire le test proposé pour savoir si vous êtes heureux au travail.

L’un des participants, Frédéric Dormon, nous signale deux articles paru sur un blog auquel il participe, pour prolonger la réfléxion : l’un sur la fin du travail tel que nous le connaissons et l’autre sur l’organisation podulaire.

2 Commentaires

Laisser un commentaire