Page title

Page subtitle

Une page se tourne pour Cultures Trafic…

Si Epicentre existe, on le doit avant tout à Cultures Trafic, une SCOP composée de trois associées.  En 2012, ses deux fondatrices (Clémentine Auburtin et Emmanuelle Perrone) ont lancé le projet fou d’un tiers-lieu clermontois. Elles ont su rassembler une belle communauté autour d’elles et donner naissance à cet espace qui nous est si cher. Mais d’ici peu, Cultures Trafic n’existera plus. Ses trois associées sont parties vers de nouvelles aventures… et pourtant, leurs chemins n’en ont pas fini de se croiser !

Chapitre 1 – Clémentine

En mai 2016, Clémentine est devenue directrice de Cezam Auvergne, une association inter-CE (Comité d’Entreprise). Un nouveau départ, après avoir passé 5 ans à construire Cultures Trafic et à développer son activité d’accompagnement des organisations par des démarches collaboratives. Sa spécialité : travailler avec les associations et autres structures de l’ESS pour les aider à définir leur projet, leur modèle économique et leurs pistes de développement. Elle était également très active dans le domaine de la culture et travaillait notamment avec l’Université d’Auvergne pour l’organisation de l’Electric Palace, le chapiteau festif du Festival International du Court Métrage. Aujourd’hui, elle relève de nouveaux défis. Dès sa prise de poste, elle a dû organiser un séminaire autour de la communication pour les CE . Et pour cet événement, elle a fait appel à l’une de ses anciennes associées : Laëtitia Chaucesse.

Chapitre 2 – Laëtitia

Crédit photo : Fanny Reynaud

De son côté, notre ancienne journaliste s’est lancée complètement à son compte. Mais ce n’est pas tout à fait un saut dans le vide : elle se consacre désormais à plein temps à son activité de préparation à la prise de parole en public. Un domaine qu’elle connaît bien puisqu’elle anime des formations et des séances d’accompagnement dans ce domaine depuis plus de 7 ans. Interview, discours, présentation, pitch… chef d’entreprise, porte-parole, porteur de projet ou créateur de start-up… Elle s’attaque à toutes les formes de présentation orale et à tous les publics.  Laëtitia propose aussi ses services pour animer des tables rondes, séminaires et conférences. Elle continue par ailleurs à accompagner des organisations dans des projets collaboratifs, à travers la branche « conseil » d’Epicentre. Et devinez qui elle y retrouve ? Emmanuelle Perrone, bien entendu !

Chapitre 3 – Emmanuelle

En effet, Emmanuelle n’as pas complètement abandonné son rôle de consultante mais elle l’exerce désormais en indépendante et de manière plus ponctuelle à travers Epicentre Conseil (promis, on vous en dit plus sur cette mystérieuse activité très très bientôt…) Mais ce n’est pas ainsi qu’elle remplit son agenda. Avec le passage d’Epicentre en SCIC, elle a pris la fonction de directrice du lieu. Elle a en charge la coordination et le développement des axes stratégiques du projet. Un poste à temps partiel qu’elle complète avec celui de directrice de CoCoShaker, l’incubateur d’entrepreneurs sociaux fondé par Cultures Trafic en 2015.

Juridiquement, Cultures Trafic, c’est donc terminé… mais les filles sont toujours là, même Clémentine qui fait toujours partie du Conseil d’Administration d’Epicentre.

 

 

2 Commentaires

  • Laulanné 2 février 2017 - Répondre

    La dream team du trafic de cultures. Bravo les filles ! Bonne route et super content d’avoir pu trafiquer avec vous. A bientôt.

  • Pascal 3 février 2017 - Répondre

    Encore bravo pour votre parcours !

Laisser un commentaire