Epi-News

A partager à volonté…

Un nom, un logo, une histoire #6 : Fanny Reynaud

Notre série se poursuit avec un logo tout neuf et un œil expérimenté : ceux de Fanny Reynaud, photographe. Rencontre avec celle qui rend les gens beaux…

Photographe : on peut se faire une idée assez claire de ce que c’est. Mais peux-tu préciser quelle est ta spécialité ?

Je m’évertue à rendre les gens beaux ! Je travaille à la fois pour une clientèle professionnelle et pour des particuliers.

Pour les premiers, je propose aussi bien des portraits que des reportages sur l’activité, les locaux ou du contenu sur-mesure notamment pour des créations ou refontes de sites web : les gens se rendent de plus en plus compte que les photos puisées sur les banques d’images sont très impersonnelles et ils veulent quelque chose de personnalisé.

Les particuliers représentent environ 70 % de ma clientèle. Je fais beaucoup de mariages et autres événements d’une part, et d’autre part des portraits, à domicile, en extérieur ou en studio. Mais j’aimerais arrêter cette dernière spécialité et me consacrer aux professionnels et aux mariages uniquement.

Comment définirais-tu ta pâte, ton savoir-faire particulier ?

L’humain, l’empathie… J’arrive assez bien à saisir les émotions. Par exemple pour les mariages, je travaille en mode reportage. Je suis l’événement sur toute la journée, depuis les préparatifs jusqu’à la fête, en passant par la cérémonie. Et j’essaie de m’adapter aux personnes, de faire des images qui leur ressemblent. Pour cela je les rencontre au préalable et si possible, je fais avec les futurs mariés une séance photo préparatoire, hors contexte, pour créer un lien et pour qu’il n’y ait pas d’appréhension face à l’objectif.

Quelques mots sur ton parcours ?

Je suis à mon compte depuis sept ans. Après une formation à Paris, j’y ai travaillé quelques années dans deux contextes très différents : le musée de l’Armée et le Lido. J’ai fait aussi un passage de quelques mois à La Montagne à Clermont, ce qui a été très formateur parce que le chef du service avait une critique très constructive sur ce que je fournissais.

« Un métier très masculin, avec beaucoup d’ego…  » 

Initialement, j’ai eu aussi quelques projets sur des sujets sociaux : c’est ce pour quoi j’ai voulu faire ce métier, mais j’ai laissé cet aspect pour l’instant, notamment parce que c’est une approche très chargée en émotion. J’aimerais le reprendre un jour, peut-être avec des angles un peu plus légers.

Cette rubrique s’appelle « un logo, un nom, une histoire ». Nous connaissons un peu mieux l’histoire. Pour ce qui est du nom, tu as tout simplement conservé le tien. Est-ce que la question de créer un nom de marque s’est posée ?

J’y ai pensé. Mais en photo, on est plutôt sur des logiques de branding personnel. Ça aurait du sens si on créait un studio à plusieurs, mais ce n’est pas facile parce qu’il y a des questions d’ego, surtout dans une ville de la taille de Clermont. Et d’autant plus que c’est une profession très masculine, ne serait-ce qu’en raison de l’aspect physique : je transporte entre 14 et 30 kilos de matériel !

Mais « Fanny Reynaud » a son logo, et qui plus est un logo tout neuf. Que peux-tu en dire ?

Il est pensé autour de mes initiales, mais ce n’est pas facile parce que FR, ça fait tout de suite penser à RF, comme République Française. Pour l’ancien logo, on avait résolu la question en inversant le F. Pour le nouveau, qui est sur mon site depuis deux mois, je souhaitais quelque chose de plus graphique, où les initiales n’apparaissent pas de façon évidente, qu’il laisse plus de place à l’imaginaire. Et c’est rigolo parce que les gens y voient des choses très différentes : un bonhomme qui tient un appareil photo, un éléphant…

Il a été dessiné par Éric Le Hérissé, un graphiste qui m’a été recommandé par Michel Calvairac, du Damier. Nous nous sommes bien compris : au début il m’a fait pas mal de propositions très différentes, puis nous avons affiné et nous sommes arrivés très vite au résultat final.

Les prochaines étapes ?

J’ai besoin d’améliorer mon image de marque, surtout pour le BtoB. En 2018, je voudrais faire un nouveau site, à la fois plus moderne et plus ludique, spécifiquement sur l’offre mariage. Puis un autre site spécifique sur l’offre aux professionnels.

Ensuite, il me manque à Épicentre un studio utilisable en continu. C’est un projet qui pourrait se faire dans le cadre du Damier, en mutualisant avec d’autres adhérents. Donc, à suivre…

Propos recueillis par Marie-Pierre Demarty, pour Épicentre Média

0 Commentaires

Laisser un commentaire