Epi-News

A partager à volonté…

Rencontre avec la team Alberto Export : à l’heure du départ…

Epicentre Média part aujourd’hui à la rencontre de deux futurs ex-coworkers, Anthony Alberto et Youcef Medjellakh, pour recueillir leur retour d’expérience, à la veille de leur départ d’Epicentre.
Retour sur la success story de ces deux entrepreneurs passionnés et sur ce qu’ils retiendront de leur passage au 5 rue Saint Dominique…

Tout le monde vous connaît ici mais on va quand même représenter votre activité…

Anthony et Youcef : Nous sommes tous les deux co-gérants et associés au sein d’ALBERTO EXPORT, notre société d’import-export de moteurs pour des engins de Travaux Publics, machines agricoles et bientôt pour le secteur marin.
Nous sommes entourés d’un réseau de fournisseurs et partenaires d’excellence qui nous permet d’offrir un catalogue très riche, aux meilleurs prix du marché. Nous proposons également à chacun de nos clients un accompagnement technique complet ; la compréhension de leurs besoins (produits et livraison) est essentielle pour fournir une réponse adaptée, de qualité premium et sur-mesure !

Quand êtes-vous arrivés à Epicentre ?

Anthony : J’ai intégré Epicentre courant mai 2016.

Youcef : Et moi j’ai rejoint Anthony le 3 octobre 2016 précisément.

Pourquoi avoir choisi un espace de coworking pour exercer votre activité ?

Anthony : Au lancement de mon entreprise, je travaillais sur un tout petit bureau dans ma chambre. Et, je dois l’avouer, mon travail cannibalisait complètement ma vie de famille donc ma femme a fini par me mettre dehors ! (Rires)

Youcef : Oui et puis le coworking nous a paru être l’alternative idéale pour contrer la solitude et le sentiment d’être déconnecté du monde extérieur. C’était aussi une solution avantageuse en termes de coût, sans grande prise de risques, puisque nous avions peu de ressources financières au départ.

On a appris votre départ, ça nous rend triste…
Expliquez-nous le contexte et les raisons qui vous poussent à quitter Epicentre.

Anthony et Youcef : Il y a plusieurs raisons en fait.
Tout d’abord (et beaucoup de coworkers de l’open space ont pu le remarquer), l’activité d’Alberto Export implique une vraie dépendance au téléphone, la majorité des relations que nous devons entretenir (fournisseurs, prestataires et clients) passent par les appels téléphoniques et le coworking n’est pas vraiment adapté pour ça…
D’autre part, pour répondre à la croissance de notre activité, nous avons du agrandir l’équipe. Nous avons ainsi procédé au recrutement de plusieurs personnes donc, logiquement, la location de bureaux individuels se révèle moins judicieuse et moins avantageuse économiquement parlant.
Enfin, nous avons aujourd’hui l’envie de créer une vraie culture d’entreprise, qui colle parfaitement à l’identité d’Alberto Export et, avec le melting pot d’Epicentre, c’est impossible. Nous constatons aussi avec le temps que nous marchons au challenge ! Tout ce qui est acquis devient synonyme de confort et donc potentiellement synonyme de danger. Nous avons clairement besoin de pression et de nouvelles prises de risques, de sortir de notre zone de confort et de casser les habitudes pour continuer à avancer et poursuivre les objectifs de la boite.

Qu’avez-vous trouvé ici ? Qu’est-ce que vous avez pu apprendre et retenir de votre expérience ?

Anthony : A Epicentre, j’ai découvert la solidarité et le partage, au niveau des compétences mais aussi au niveau humain.
J’ai aussi découvert le mouvement perpétuel, à Epicentre les journées se suivent mais ne se ressemblent pas.

Youcef : Si je devais donner un qualificatif pour Epicentre, je dirais « diversité », dans les profils et les caractères de chacun.
J’ai fait ici beaucoup de rencontres et créé des liens plus profonds avec certains. Je sais que, potentiellement, je n’aurais pas pu rencontrer ces personnes ailleurs et que, normalement, ces liens se créent plutôt dans la durée… ici la vie est comme accélérée !
Et puis je retiens bien sûr le côté humain et chaleureux d’Epicentre, le dynamisme et l’énergie de ce lieu.

Anthony et Youcef : Nous avons eu également la chance de découvrir certaines compétences professionnelles précieuses (nous pensons à Mia, Jerome et Julie par exemple). Nous avons pu prendre conscience de l’importance capitale de certains éléments pour notre business (le SEO, les contenus…etc.).
Et, comme nous le disions juste avant, notre passage ici aura aussi fait resurgir des choses que nous soupçonnions déjà, comme notre besoin du challenge permanent. Le confort émotionnel à Epicentre a pris beaucoup de place donc il nous a justement fait prendre conscience de notre besoin de le rompre…

Qu’est-ce qui va vous manquer le plus ?

Youcef : Hum… En vrac : les fou-rires de la « team » (ils se reconnaitront ^^), les anecdotes et les blagues de Bas les midis, la tête de Samy (enfin lui tout entier) avant d’avoir bu ses 12 cafés, les discussions sur tous les sujets controversés et tabous du moment avec Paul et Jerome (big up l’histoire de la fourmi) et, plus globalement, toute l’énergie, la dynamique et l’esprit chaleureux d’Epicentre.

Anthony : Voir autant de têtes différentes chaque jour va clairement me manquer.
Sinon, les co-bouffes et moments de partage les midis (ouais, les gözlemes, ça créé des liens forts !), les amis que je me suis fait ici (inutiles de les citer, ce sont ceux que je vois aussi en dehors d’Epicentre) et puis… l’honneur d’être le premier arrivé le matin ! Ahah.

En tous cas, moi j’ai été ravie de croiser votre route (et je pense que c’est le cas de tout le monde ici à Epicentre) et vous allez beaucoup me manquer. On vous souhaite plein de bonnes choses pour la suite et on compte sur vous pour venir nous faire des petits coucous de temps en temps !

Propos recueillis par Julie Fabre, pour Epicentre Média.

0 Commentaires

Laisser un commentaire