Retour d'événement

Ca s'est passé à Epicentre ...

Cinq candidats face à la transition écologique

Par Pierre Gérard
avec Damien Caillard et Patrick Derossis

Retour sur les premiers rendez-vous organisés à Epicentre autour de la Transition Ecologique : cinq « rencontres candidats » aux municipales clermontoises, qui ont eu lieu mi-février. Pendant une heure, nous avons à chaque fois pu étudier en profondeur dans les convictions de chacun des prétendants à la mairie, au-delà des mesures proposées.

>>> En savoir plus sur l’engagement d’Epicentre pour la transition écologique <<<


Du 10 au 19 février 2020, cinq candidats au élections municipales (dans l’ordre alphabétique : Olivier Bianchi, Jean-Pierre Brenas, Eric Faidy, Philippe Fasquel et Marianne Maximi) sont venus présenter leur vision de la transition écologique au sein d’Epicentre Factory.

Pour chaque candidat, la trame de l’échange était la même : une demi-heure de questions-réponses, suivie d’une demi-heure d’échange avec le public – le tout animé par Pierre Gérard, membre du C.A. d’Epicentre. Un verre était ensuite proposé aux participants pour continuer à échanger de manière plus informelle avec le candidat.

En guise d’ouverture, quelques propos du Rapport d’information de la délégation sénatoriale à la prospective (Adapter la France aux dérèglements climatiques à l’horizon 2050 : urgence déclarée) : « la dynamique d’appropriation des enjeux d’adaptation demeure embryonnaire pour la grande majorité des collectivités territoriales et des filières économiques ». S’ensuivait une première question : « qu’est ce que la transition environnementale recouvre pour vous ? »

Ceci amenait ensuite le candidat à parler du contenu de son programme. Puis, cette première séquence se poursuivait par deux questions : « Est-ce que vous pensez que votre programme est à la hauteur des enjeux ? » et « En matière de transition écologique, quel est selon vous, l’enjeu des enjeux, l’enjeu majeur, le maître enjeu ? » – question empruntée à l’Institut des Futurs Souhaitables, qui la pose systématiquement lorsqu’ils font témoigner les intervenants des Lab-Sessions.

Après cet échange, une séquence de questions-réponses s’ouvrait avec le public présent. L’objectif était de permettre un débat, radical, mais dans l’inclusion. Tous les échanges ont été enregistrés en audio, et une interview vidéo courte clôt la rencontre sur la simple question « quel est votre mot de la fin ? ».

Commentaire d’ensemble de Pierre Gérard sur ces interventions : « Je peux vous assurer que je n’ai vu aucun candidat prendre le sujet de façon désinvolte. J’ai même senti de la tension chez certains au regard de l’enjeu. Cela montre que l’on a aujourd’hui une saturation culturelle en cours sur le sujet, amenant (enfin) les politiques à s’y intéresser. »

Voici quelques citations clés pour chaque candidat (classés par ordre alphabétique), qui sont forcément le fruit d’une sélection, et leurs réponses aux deux dernières questions.Vous trouverez aussi l’accès à l’intégralité de l’échange en podcast audio, ainsi que l’interview vidéo « mot de la fin » pour chaque candidat.

Olivier Bianchi

Citations choisies

  • « Je suis un enfant du social, je ne veux pas faire croire que j’ai été un écologiste visionnaire mais aujourd’hui la réalité du dérèglement climatique nous oblige à aller vers l’écologie et le social. »
  • « Il y a un logiciel complet à revoir (…) et peu de choses peuvent se traiter à l’échelon municipal. Je pense bien entendu à l’échelon métropolitain. »
  • « Il y aura besoin des associations, des entreprises, des syndicats (…) il ne faudra pas ‘que’ attendre une réponse des élus, ça ne suffira pas. (…) et il y a encore beaucoup d’élus qui pensent que cette question [de la transition écologique] est anecdotique. »
  • « On ne peut pas être libéral et écologiste ».
  • Est-ce que votre programme est à la hauteur des enjeux : « Je pense peut-être que ce que je vais dire n’est pas politiquement correct. Je pense qu’il est un peu tard pour que le programme d’une seule ville soit à la hauteur des enjeux. Je n’ai pas la prétention de penser qu’il est à la hauteur des enjeux. Je pense qu’il faut peut-être qu’il y ait plus une mobilisation des territoires. J’ai signé avec une centaine de maires de grandes villes et de villes moyennes pour qu’il y ait une COP territoriale (…) car je pense que c’est une échelle plus pertinente pour interagir aujourd’hui sur tous ces sujets. »
  • L’enjeu des enjeux : « la place individuelle de la voiture en ville. C’est la civilisation du 20ème siècle et cela ne se change pas comme cela ».

Intégralité de l’intervention en podcast audio

Interview vidéo « le mot de la fin »


Eléments complémentaires :

Jean-Pierre Brenas

Citations choisies

  • « Ecologie, santé, numérique, tout est lié. Nous aurons un air meilleur grâce au numérique, grâce aux datas. »
  • « Pour résoudre nos problèmes écologiques, je ne suis pas pour la décroissance mais pour une autre croissance avec un découplage pollution et activité économique »
  • « Plutôt que d’interdire les voitures en ville, je veux être incitatif en offrant des alternatives plus rapides, plus confortables et moins coûteuses »
  • « On va oxygéner la ville par votre nouvelle démarche. Je vous promets que faire du vélo, cela évite de répondre à son smartphone. C’est déstressant. Cela fait du bien. On respire. »
  • « Fidèle à ma ligne, je suis pour l’incitatif. »
  • Est-ce que votre programme est à la hauteur des enjeux : « Nous avons un projet qui est réaliste, qui sera mesurable, qui sera financé. Moi, vous pouvez douter de mon projet, mais ce que je constate c’est que les six années passées, on n’a fait que bétonner la ville. Pourquoi les bétonneurs d’hier seraient les jardiniers de demain ? »
  • L’enjeu des enjeux : « Il faut diviser par quatre nos émissions de gaz à effet de serre. Parce que vous avez à Clermont 2 000 personnes qui sont quasiment exposés en permanence à des normes supérieures à l’OMS. »

Intégralité de l’intervention en podcast audio

Interview vidéo « le mot de la fin »


Eléments complémentaires :

Eric Faidy

Citations choisies

  • « En 1974, René Dumont disait déjà que la planète était en train de se dérégler, et qu’il fallait s’en occuper (…) mais ce qui est bien, c’est que la société s’est récemment emparé du sujet »
  • « Nos politiques, ni de droite ni de gauche, ne m’ont pas impressionné par leur capacité à résoudre les problèmes. Depuis des dizaines d’années, on repousse les problèmes, et aujourd’hui on ne peut plus. »
  • « Je n’ai jamais fait de politique avant. J’ai décidé de m’engager sur la transition écologique, car ce sujet doit être pris à tous les niveaux (…) en se mettant au travail de manière concrète et précise. Moi, je ne suis pas un politique, mais je propose [29] mesures très concrètes et chiffrables (…) qui nous paraissent essentielles. On n’est pas dans de la philosophie. »
  • « J’ai affirmé que je serai le premier maire écologiste de Clermont, ce n’est pas du marketing. »
  • Est-ce que votre programme est à la hauteur des enjeux : « On a construit notre programme avec une équipe qui s’est dit, où en est-on aujourd’hui, où est-ce que l’on peut aller de manière ambitieuse et réaliste. Il est bien plus ambitieux que les autres. Est-ce que l’on peut aller plus loin, peut-être. Dans ce cas nous irons plus loin. (…) Dans un monde qui change et qui change vite, le train-train quotidien, de droite ou de gauche, les conservatismes ambiants ne suffisent plus. Si l’on ne s’attaque pas vraiment à la transition écologique, je pense vraiment que Clermont va baisser dans l’image, dans l’attractivité et donc dans les emplois qu’elle créera. »
  • L’enjeu des enjeux : « C’est les générations futures. C’est nos enfants, les enfants de nos enfants. On voit bien qu’on est sur une planète où, si on ne change pas de direction rapidement, elle deviendra invivable. »

Intégralité de l’intervention en podcast audio

Interview vidéo « le mot de la fin »


Eléments complémentaires :

Philippe Fasquel

Citations choisies

  • « Nous on est un collectif citoyen. La citoyenneté et la transition écologique doivent être reliées. Le fait d’être un collectif, cela va nous permettre une liberté de parole et d’action. »
  • « Beaucoup de choses peuvent se faire au niveau local (…) et j’aimerais que l’on dise dans 6 ans, si je suis élu, que Clermont-Ferrand est devenue une ville pionnière, un exemple de résilience. »
  • « La transition écologique, empreinte carbone, économie circulaire et résilience, est le fil rouge de notre programme. »
  • « On a été très longtemps dans de l’écologie punitive, on sait que ça ne fonctionne pas. Moi, je veux créer de l’adhésion, du désir. (…) Il faudra des mesures radicales car la situation est critique, mais les gens [les] accepteront s’il y a de l’équité en face. »
  • Est-ce que votre programme est à la hauteur des enjeux : « Cela va être présomptueux, mais oui. Dans cette campagne, on est les seuls à avoir un programme qui tient la route. »
  • L’enjeu des enjeux : « C’est de faire en sorte on arrive à concilier une radicalité avec une adhésion. Oui, nos mesures vont être radicales. On ne peut pas faire de transition écologique sans parler de décroissance, sans changer de modèle. On va mettre en parallèle la transition écologique et la solidarité. »

Intégralité de l’intervention en podcast audio

Interview vidéo « le mot de la fin »


Eléments complémentaires :

Marianne Maximi

Citations choisies

  • « Nous on ne parle pas de transition écologique mais d’urgence écologique pour revoir le système et prendre des positions politiques à tous les niveaux. »
  • « Nous avons une vision collective de l’écologie, les mesures individuelles ne suffisent pas. Il faut des règles contraignantes sur les multinationales, un nouveau rapport de force obtenu dans la rue, dans les urnes et par la loi. »
  • Est-ce que votre programme est à la hauteur des enjeux : « Je pense car on a travaillé à la fois sur des données et à la fois de sortir de la communication sur l’écologie. On a choisi de pas faire des tracts verts. (…) nous, on va poser des questions structurelles sur la transition écologique et on va remettre en question les choix politiques qui ont été fait jusqu’à maintenant. »
  • L’enjeu des enjeux : « changer le système ».

Intégralité de l’intervention en podcast audio

Interview vidéo « le mot de la fin »


Eléments complémentaires :

Remerciements et crédits

Merci à tous les bénévoles qui ont permis que ces cinq échanges aient lieu au sein d’Epicentre Factory et en particulier Patrick Derossis pour sa prise de notes.

Animation des rencontres et texte original de cet article par Pierre Gérard, Regards Mêlés lien vers l’article original (sur LinkedIn)

Photos Damien Caillard pour Epicentre Factory, sauf intervention de Jean-Pierre Brenas : photos Julien Bouché. Réalisation vidéo Damien Caillard.

0 Commentaires

Laisser un commentaire