Evolution

Comment les initiatives autour d'Epicentre se réinventent suite à la pandémie

Canevas, nouveau lien entre les jeunes informaticiens et les entreprises

Bas Dekker, 47 ans, Néerlandais, pilier d’Epicentre et “vieux roublard de l’informatique” comme il aime à se décrire, a un projet de vie : développer la sensibilisation et les compétences des jeunes en informatique. Pour cela, il a créé – à partir d’Epicentre – la Clermont Coding Academy, et porte désormais le projet Canevas (Coopérative Auvergnate du Numérique pour l’Emulation et la Valorisation des Apprentis et Stagiaires, ça ne s’invente pas) pour faire le lien entre l’école et le monde de l’entreprise.

Comment est né Canevas ?

J’ai connu Epicentre par un parcours de vie en venant en 2013 vivre et travailler en France. Il y a un an et demi, j’ai constaté qu’il n’y avait rien de vraiment structuré pour l’apprentissage du code informatique chez les jeunes. Nous avons pour cela créé la Clermont Coding Academy, qui a commencé par des stages à Epicentre, avant de travailler avec les lycées professionnels et de l’enseignement supérieur, pour lesquels nous formons des enseignants et des jeunes.

On a alors constaté qu’entre 10 et 25% de jeunes ne trouvent pas de stage en entreprise, notamment en BTS et DUT. Sur cette base, j’ai pensé à un système existant déjà aux Pays-Bas que l’on pourrait reproduire ici à travers une structure à deux faces : d’un côté, des entreprises clientes, de l’autre, un organisme de formation pour les stagiaires.

Bas est initiateur mais également un des animateurs de la Clermont Coding Academy … et maintenant de Canevas

Quel en est le “pitch” … et son objectif ?

Canevas, c’est donc une entreprise qui engage des stagiaires en lien avec leurs écoles, et nous proposons aux entreprises clientes d’effectuer des “lots de travaux” à tarif accessible, pour des travaux non cruciaux – dont ne dépend pas le processus primaire de l’entreprise et qui restent pendant des mois voire des années sur la fameuse todo-list.

Entre 10 et 25% de jeunes ne trouvent pas de stage en entreprise

Cela permettrait à des jeunes qui sont parfois en manque d’expérience ou de confiance d’obtenir des stages dans de vraies entreprises du numérique, mais aussi proposer une “base de ressources” sur des petits travaux, ce qui n’est pas en concurrence avec le marché normal [des ESN]. Sachant que le secteur numérique a du mal à recruter dans le bassin clermontois.

Mais la crise sanitaire et le confinement ne posent-ils pas un problème fondamental ?

Le projet est dans les têtes depuis 5 mois, en lien avec le cluster Digital League et la French Tech Clermont Auvergne qui sont des partenaires naturels et évidents. Nous avions prévu de faire un pilote entre mai et juillet, mais avec le Covid19, beaucoup de stages ont été annulés par les entreprises. Pourtant, elles sont nombreuses à avoir toujours des lots de travaux, notamment chez les entreprises basées à Epicentre dont certaines sont elles aussi en difficulté!

A court terme, il s’agit donc de faire de Canevas un instrument contributeur à la sortie de crise et d’accueillir une dizaine de jeunes en stage, hébergés à Epicentre et encadrés par du personnel de la Clermont Coding Academy. Mais comme nous ne voulons pas facturer les entreprises de la phase pilote, nous cherchons un financement de 20 000 € au niveau du territoire. On parle avec Digital League, et souhaitons solliciter la Région Auvergne Rhône-Alpes et Clermont Métropole.

A court terme, il s’agit donc de faire de Canevas un instrument contributeur à la sortie de crise et d’accueillir une dizaine de jeunes en stage

Avec l’incertitude de la sortie du confinement, de la réouverture d’Epicentre … mais nous mettrons en place des options 100% virtuelles, ce qui est tout à fait possible dans le numérique – même si c’est moins préférable pour l’encadrement, ce sera aussi une expérimentation intéressante !


Voir la vidéo réalisée par le Connecteur au sujet du projet Canevas
Mieux : contacter Bas Dekker pour en savoir plus


Propos recueillis par Damien Caillard le 2 avril 2020

0 Commentaires

Laisser un commentaire