Evolution

Comment les initiatives autour d'Epicentre se réinventent suite à la pandémie

Une occasion de recréer du lien pour le Connecteur

« Le média des innovateurs auvergnats » avait-il un nom prédestiné ? En ces temps de confinement et de distanciation sociale, comment conserver, voire re-créer le lien qui nous est si important et qui nous manque ? C’est la question que se posent Véronique Jal et Pauline Rivière, co-directrices du Connecteur. Une occasion d’innover dans le traitement médiatique et événementiel de l’écosystème.

Qu’est-ce qui vous impacte dans le confinement ?

En mode ‘normal’, notre production éditoriale est structurée par deux éléments :

  1. nos dossiers spéciaux thématiques mensuels, avec des articles de fond, des entretiens, des reportages, qui ne sont pas de l’actualité chaude et que nous continuons à faire (voir « L’inno vue Par » sorti aujourd’hui avec Lionel Faucher, réalisé en mode confiné)
  2. et les événements de l’écosystème d’innovation que nous couvrons.

L’agenda s’est vidé d’un coup pour une partie de l’équipe et nos perspectives de ressources financières avec. En effet, la partie « rémunératrice » de notre activité est souvent liée à la couverture d’événements…

Comme dans toute entreprise, il y a les activités du quotidien, pour lesquelles il y a toujours quelque chose à faire. Mais aussi la partie “stratégie”, pour laquelle il faut du temps et du recul, et qu’on repousse souvent à plus tard, quand ce sera plus calme. Moment qui n’arrive généralement que 10 jours au mois d’Août.

Aujourd’hui, ce temps, on l’a ! On peut remettre sur la table des dossiers qu’on avait remisé dans la “to do list un jour”. Et on peut repenser des choses, développer des idées notées sur un coin de papier.

Et comment comptez-vous orienter le Connecteur pour demain ?

En particulier, préparer la sortie de crise. C’est un sujet subi mais intéressant pour nous à plus d’un titre.

Nous sommes un média sur l’innovation : que peut-on imaginer pour répondre à certains nouveaux besoins ? Nous sommes en contact avec des organisateurs qui ne peuvent pas reporter certains événements : comment les transformer ? on réfléchit à la manière de faire de la production de contenus quand les événements eux-mêmes ne se font pas en “physique”.

Au Connecteur, on se considère comme le partenaire privilégié des organisateurs d’événements sur l’innovation donc quand il y a une difficulté, nous avons envie d’être là, de réfléchir avec eux à des solutions à la fois pour les événements et leur couverture éditoriale. Et tout cela sans tréso, car nous n’aurons pas certaines rentrées d’argent pendant un temps. L’innovation frugale a de l’avenir !

C’est aussi le moment de se former et de se transformer. Nous sommes toujours en incubation à Créatis, c’est vraiment intéressant de confronter les expériences et d’échanger avec cette communauté des nouveaux médias et des experts.

Allez-vous tester de nouveaux formats ?

Par exemple, on travaille sur un projet de newsletters thématiques. On fait de la qualification de base de données. On réorganise le site, on retravaille le graphisme. Chaque membre de l’équipe a un projet éditorial “spécial confinement”, où on doit produire un format original à distance (par exemple, ‘Business as Unusual’ initié avec l’aide de Audrey Pouchol). Et on a toujours la réflexion sur l’école des médias, ce projet transversal porté par des tiers-lieux.

Aussi, on aimerait bien faire un Uphéros virtuel mais pas forcément en visio… Le prochain est fin avril, et on se dit que d’ici là, tout le monde sera saoulé de ces apéros virtuels en famille, entre amis, entre collègues, etc. Donc on réfléchit sur un format qui permette le valoriser le propos des pitcheurs, de faire réfléchir et éventuellement interagir … Pour le sujet aussi, on a hésité et finalement, nous allons parler vacances …

Toute notre société est en mode réadaptation, on se demande comment les français vont aborder cette notion de vacances, quelle place la consommation solidaire et locale prendra-t-elle, comment les acteurs s’y préparent …


Voir le site du Connecteur


Propos recueillis par Damien Caillard – par ailleurs président du Connecteur – le 31 mars 2020, mis à jour par Véronique le 5 avril.

0 Commentaires

Laisser un commentaire