Interview Coconfinement

Les Coworkers sans le Coworking, comment ça se vit ?

ITV coconfinement – Pierre Massat

Basé à Riom, Pierre est travailleur indépendant et fait de la visualisation de données, de l’infographie … et il vend actuellement de l’huile d’olive bio. Egalement guitariste dans un groupe à Anvers, où il a vécu quelque temps, et dans le Jazz Club Clermontois. De retour en France il y a un an, il a choisi Epicentre pour appartenir à une communauté et nouer éventuellement des partenariats. Il est un des participants actifs au groupe transition/résilience d’Epicentre.

Comment je vais ? Le matin, j’écris. L’après-midi, je jardine. Je travaille aussi, j’étudie la musique … et je garde ma fille de 3 ans et demi la moitié de la semaine. Elle rythme mes semaines ! Mais j’ai la chance d’avoir quelqu’un qui vient chez moi, c’est vraiment important pour moi. C’est presque comme si on n’était pas confinés, c’est du vrai lien humain.

Le jardin, c’était un critère de choix quand j’ai emménagé. Il est plutôt bien orienté, fait environ 50m2 … j’y ai planté des petits arbres fruitiers, et je bêche peu à peu pour préparer les plantations et semis. J’y ai construit un châssis pour des plantes qui aiment bien le chaud – tomates, courgettes … J’essaye de valoriser les graines que j’ai gardées, de faire plutôt en circuit fermé – avec des haricots, des radis, c’est facile d’avoir ses propres graines.

Il y a la question de la sécurité alimentaire qui s’est posée, pour la première fois dans nos vies ! Elle était probablement récurrente dans certains quartiers en difficulté, et bien sûr dans des pays éloignés. Mais soudain, la question se pose ici : a-t-on assez de stocks ? Les chaînes d’appro vont-elles tenir ? Y a-t-il assez de monde pour cueillir les fruits et légumes ? Le jardin, je le cultive dans ce cadre. En plus, c’est super agréable, ça fait une belle activité avec ma fille et une forme d’apprentissage important pour sa génération – le fait de produire sa propre nourriture n’est pas notre fort ni celui de nos parents …

Selfinement de Pierre. Le potager n’est pas en intérieur, mais la météo ne permettait pas une photo dans le jardin …

Comment je travaille ? J’ai toujours travaillé par à-coups, jamais à plein temps. J’ai un contrat qui vient de se terminer, là j’embraye sur un travail autour du rectorat de Grenoble pour développer une plateforme en ligne pour les enseignants – c’est clairement un sujet d’actualité.

D’autant plus que le confinement ne va pas s’arrêter le 11 mai, donc les outils en ligne ont le vent en poupe. A voir s’il y aura assez de budget pour tout développer. Me concernant, je fonctionne principalement par bouche à oreille, donc le confinement m’est-il bénéfique ? Pas forcément.

Au final, je suis content de mon équilibre de vie. J’ai fait des choix ces dernières années pour aller vers la frugalité, me débarrasser du superflu : manger des choses simples, lire un livre plutôt que sortir … donc quand tu as l’habitude de vivre comme ça, le confinement ne pose pas trop de souci.

Et demain ? J’ai été très agréablement surpris par le discours de Macron il y a une dizaine de jours, et par son interview dans le Financial Times. Il me semble qu’il vit une profonde remise en question, comme chez beaucoup de gens, mais ça me semble sincère chez lui. L’humain est capital, l’économie n’est pas l’alpha et l’omega, la nature doit être protégée … peut-être qu’il se rend compte également que ce sont tous ces gens qui sont mal payés depuis des années qui “portent” le pays.

Donc il y a de l’espoir pour qu’on sorte de cette crise avec des bons enseignements, du côté de l’Europe aussi – Merkel également, et d’autres. On parle davantage du revenu universel, ce qui était impensable il y a quelques années ! Même si, hélas, aux Etats-Unis, ça part en vrille …

Et on se rend compte qu’on peut arrêter le monde pour sauver des vies : l’humain, de fait, est revenu au premier plan. Et je trouve ça chouette. Est-ce que les gens voudront que ça reparte comme avant ? Les Parisiens voudront-ils à nouveau respirer un air pourri ? Quelles conséquences sur les transports ? On verra bien … et il faudra des décennies pour réparer les conneries qu’on a fait. Mais si au moins le pouvoir pouvait prendre les bonnes décisions de base, ce serait un énorme pas en avant.


Pour voir l’activité « infographie » de Pierre, c’est par ici
Et pour découvrir son profil LinkedIn, plutôt par là


Propos recueillis par Damien Caillard le 20 avril 2020

0 Commentaires

Laisser un commentaire